Patrice Hilligot
La chirurgie intime
 

 

PATRICE HILLIGOT
 

Chirurgie esthétique mammaire : toutes les techniques de la mammoplastie

La chirurgie de la silhouette Les seins

LES SEINS
L'hypertrophie mammaire (réduction mammaire)
L'hypotrophie mammaire (augmentation mammaire) ou remplacement de prothèses

L'ABDOMEN
LES SURCHARGES GRAISSEUSES LOCALISEES

 

 INTRODUCTION SUR LA CHIRURGIE ESTHETIQUE DES SEINS

 

Les seins sont des glandes d’origine cutanée, peu développées chez l’homme, souvent plus développées chez la femme, réalisant un véritable caractère sexuel secondaire.
On connaît la grande valeur symbolique du sein dans le domaine sexuel, intervenant dans la reproduction, dans le domaine sensuel, par la sensibilité du mamelon et de l’aréole qui l’entoure, et enfin dans le domaine nutritionnel, par la lactation du nourrisson.

C’est le signe ultime de la féminité, participant à la beauté du corps et à la séduction. C’est insister sur l’importance de la définition de critères de beauté du sein, sachant que sa forme, son volume, la position de son aréole, et la qualité de sa peau, jouissent d’une grande variabilité dans le domaine du beau.

C’est insister enfin sur l’intensité de la douleur narcissique que ressent une femme qui satisfaite ou fière de l’aspect de ses seins, assiste impuissante à leur dégradation, que ce soit après une grossesse, un allaitement, une fonte pondérale, ou avec l’âge.
Sans doute faut-il aussi être une femme pour imaginer cette douleur dans sa chair et dans son âme.


 

ANATOMIE MORPHOLOGIQUE

cliquer pour agrandir

Le sein ou glande mammaire est une glande d’origine cutanée, sudoripare spécialisée. voir photos

La peau (0) est le seul moyen de suspension de cette glande, la musculation des muscles pectoraux (1) situés en arrière du sein ne permettant jamais d’améliorer sa forme ou de le « remonter ».
La suspension par la peau se fait par l’intermédiaire de petits ligaments appelés ligaments de Cooper (2) qui s’étendent de la face profonde de la peau jusqu’à la face superficielle de la glande mammaire. Dans certaines conditions, ces ligaments se distendent et le sein s’affaisse, les fibres élastiques de la peau se rompent, et les vergetures apparaissent.
Le mamelon (3) et l’aréole (4) forment est également un point de fixation et de maintient du sein extrêmement important. A sa face profonde, s’enfoncent les galactophores (5) qui sont les canaux excréteurs de la glande mammaire. Ils sont entourés et maintenus par des travées de tissu conjonctif (6). Les lobules graisseux (7) et glandulaires (8) chargés de la fonction lactatrice, sont situés plus profondément.
La fragilité de ces éléments anatomiques impose que toute intervention sur le sein doit être atraumatique, en évitant au maximum la section des ligaments de Cooper qui suspendent le sein, et également la dissection de la face profonde de la peau et de la glande. La douceur n’est elle pas une vertu ?

ANATOMIE ARTISTIQUE

 

Le « sein idéal » est sans doute impossible à définir précisément, les critères subjectifs de variabilité dans le beau étant nombreux : forme, volume, ethnies, modes.

Il m’a paru néanmoins important, à la suite de minutieuses observations cliniques, de tenter de dégager des proportions qui permettent de tendre vers un « beau sein », ou du moins un sein en harmonie avec le thorax de chaque patiente.


 

 

L’HEMI BASE THORACIQUE ANTERIEURE


J’ai ainsi pu définir une dimension appelée hémi base thoracique antérieure (HBTA), qui s’étend de la ligne médio sternale, au centre du thorax, jusqu’au bord interne du bras, ou ligne axillaire antérieure. voir photos
L’hémi base thoracique antérieure est à la base de toute l’anatomie harmonieuse du sein et mesure en moyenne 16,5 cm chez la femme. L’étude est réalisée sur 327 patientes : la moyenne arithmétique est de 16,47 cm, la médiane de 16,50 cm et l’écart type de 1,91.

A partir de l’hémi base thoracique antérieure, on peut situer « idéalement » pour chaque patiente :

- La plaque aréolo mamelonnaire (PAM), constituée du mamelon (M) entouré de l’aréole (A) ;
- Le sillon sous mammaire (SSM) voir photos;
- La distance sus sterno aréolaire ou segment I ;
- La distance médio sterno aréolaire ou segment II.
- La distance aréolo sous mammaire ou segment III ;

 
cliquer pour agrandir

Le segment I s’étend du creux sus sternal au bord supérieur de l’aréole, et mesure en moyenne 16, 5 cm soit exactement la valeur de l’hémi base thoracique. Cette distance peut croître de 1, 2, voire 3 cm suivant l’augmentation du volume et de la projection du sein.

Le segment II s’étend de la ligne médio sternale au bord interne de la plaque aréolo mamelonnaire et mesure en moyenne 8,5 cm soit près de la moitié de l’hémi base thoracique antérieure (sur 327 patientes, moyenne arithmétique 8,88 cm, médiane 8,50 cm, écart type 2,25 cm).

Le segment III s’étend du bord inférieur de la plaque aréolo mamelonnaire au sillon sous mammaire et mesure entre 1/3 et la moitié de l’hémi base thoracique antérieure soit, de 5,5 cm, croissant de 1, 2, voire 3 cm suivant l’augmentation du volume et de la projection du sein.

Lors de l’examen clinique de chacune de mes patientes, la mesure de l’hémi base thoracique antérieure et des segments qui en découlent, permettent de m’orienter vers le sein le mieux adapté à chaque morphologique thoracique préexistante.


LES ANOMALIES MORPHOLOGIQUES DES SEINS


Il existe quatre principales anomalies morphologiques des seins.

Les seins trop volumineux, ou hypertrophie mammaire : voir photos

Le segment I est supérieur à l’hémi base thoracique antérieure (16,5 cm) et le segment II est souvent supérieur à la moitié du segment I (8,25 cm).
Il existe habituellement un affaissement du sein et de l’aréole, orientée parfois vers le bas, ce qui majore encore la disgrâce.
Le segment III est souvent long, supérieur à la moitié de l’hémi base thoracique antérieure, (8,25cm) mais surtout déroulé et étalé.


Les seins trop petits, ou hypotrophie mammaire : voir photos

Le segment I est inférieur voire égal à l’hémi base thoracique antérieure (16,5 cm) et le segment II est à peu près normal (soit la moitié de l’hémi base thoracique antérieure : 8,25 cm).
Le segment III est toujours court, très souvent inférieur à 1/3 de l’hémi base thoracique (5,5 cm).
Dans certains cas, l’hypotrophie mammaire peut confiner à l’absence complète de glande, où l’association à une absence unilatérale du muscle grand pectoral doit faire évoquer le syndrome de Poland.


Les seins affaissés, ou ptose mammaire : voir photos

Associés à un volume mammaire variable, souvent trop important mais parfois insuffisant, voire normal, le segment I est très nettement supérieur à l’hémi base thoracique.
En fait, le facteur morphologique le plus important est la ptose, définie par la distance mesurée sur la paroi thoracique, reliant en haut le sillon sous mammaire, à la tangente au point le plus inférieur du sein, situé plus bas. Si la ptose est supérieure à 3 cm, l’aspect du sein devient le plus souvent disgracieux.


Les seins asymétriques : voir photos

D’une grande fréquence, il faut toujours tenter de corriger cette anomalie, compliquant l’intervention, quelqu’en soit son type.


LES CAUSES DE CES ANOMALIES MORPHOLOGIQUES DU SEIN

Une dysmorphie mammaire est le plus souvent, psychologiquement voire physiquement invalidante.
A l’adolescence, les seins peuvent se dévoiler hypotrophiques ou hypertrophiques. Dans certains cas d’hypertrophie mammaire dite essentielle, on peut être amené à opérer des jeunes filles vers l’age de 16 ans, avant que les ligaments de Cooper ne se distendent, améliorant ainsi le résultat final, et sa pérennité.
Au cours de la vie adulte, les seins peuvent varier de volume et ptoser, soit lors des manifestations du vieillissement de la peau accentué par la fréquence de l’exposition solaire aux UVB et aux UVA, soit après une grossesse, un allaitement, la ménopause, semblant correspondre aux variations de taux hormonaux.


haut de page

Dr Hilligot réalise des interventions de chirurgie esthétique mammaire, aussi appelée mammoplastie. Cette opération vise à redonner aux seins une forme harmonieuse par rapport à la silhouette et aux désirs de la patiente. Dr Hilligot pratique également d'autres intervention de la chirurgie esthétique de la silhouette (liposuccion, ...), et la chirurgie esthétique du visage. Contactez Dr Hilligot pour en savoir plus ou prendre un RDV dans son cabinet à Paris.

Patrice Hilligot | Chirurgie de la silhouette | Chirurgie du visage | Chirurgie réparatrice | Contact

Docteur PATRICE HILLIGOT - Chirurgie esthétique, plastique et reconstructrice

10 rue Quentin Bauchart - 75008 Paris Tél. +33/1 47 20 54 52 Fax +33/1 47 20 73 24 contact@patrice-hilligot.com